L’Académie française se penche sur l’expression « muet comme Hissène Habré »

Hissène Habré a assisté impassible à son procès (Image modifié)
Hissène Habré a assisté impassible à son procès (Image modifié)

Avertissement : l’histoire que vous allez lire s’est passée dans la nuit dernière dans le énième rêve de son auteur qui a pris le soin de l’enregistrer pour la postérité. Vous pouvez, après lecture, si vous n’êtes pas comblé, vous procurer cet enregistrement vidéo pour vous en convaincre. Une seule condition vous est opposable alors : Rejoignez le narrateur dans son prochain rêve avec vos yeux bandés pour une observation décalée.  

Tchadiens, réjouissez-vous ! La langue française sera bientôt enrichie d’une nouvelle expression pas comme les autres en ce qu’elle comportera le nom de votre ancien président, Hissène Habré. Si celui-ci est inscrit dans le Dictionnaire Universel comme un nom propre d’homme politique africain, cette fois-ci c’est dans une expression ordinaire. Et ça c’est une évolution. Oui bientôt l’Académie française va homologuer l’expression “muet comme Hissène Habré”.

J’ai été témoin la nuit dernière dans la cour des Immortels de la cuisine très avancée qui nous offrira cette expression. Les derniers ingrédients pour la mise au point de l’expression sont en train d’être réunis. Tout est fin prêt, m’a confié l’un des cuisiniers  à pied d’oeuvre pour rôtir une carpe.

Les académiciens étaient à un moment plongés, les yeux tamisés par de gros bésicles, dans la lecture de leurs documents. Hors de leurs regards (je suis invisible), j’ai alors pu discrètement dérober la première mouture de la fiche sur l’expression en préparation. En fait c’est le mot “muet” qui connaitra l’ajout d’une expression contenant le nom de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré. Une petite note d’histoire sur l’origine de l’expression devrait se réumer pour l’essentiel ainsi :

“…du nom de l’ancien président du Tchad, un pays africain. Il dirigea son pays du 7 juin 1982 à 1990, huit années pendant les quelles, plusieurs milliers de personnes ont été massacrés, torturés par une police politique. Chassé du pouvoir, le dictateur s’exile au Sénégal. Sur l’instruction de l’Union Africaine, l’organisation panafricaine regroupant les pays d’Afrique, le Sénégal accepta de juger l’ancien chef d’Etat pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et torture. Le procès ouvert le 20 juillet 2015, a d’abord été suspendu avant de reprendre le 7 septembre. Durant tout le procès qui durera jusqu’à février 2016 et même déjà pendant les auditions dans le cadre de l’instruction de l’affaire, le principal accusé, impassible, s’est plongé, en signe de protestation contre la procédure judiciaire, dans un silence jusqu’à perdre l’usage de …”

 

J’en étais à ce niveau de la note de présentation de l’expression quand je suis revenu à la réalité du monde des humains. J’ai alors saisi mon Petit Robert et consulté le mot “muet” censé contenir “… comme Hissène Habré”. Je n’y ai vu que les expressions “muet comme un poisson”, “muet comme une carpe”, “muet comme une statue”, “muet comme la tombe, “muet comme les pierres”. Pressé de voir mon expression ajoutée au dico, j’ai alors crié (moi je ne suis pas muet !) : mais jusqu’à quand vais-je patienter ? Question à laquelle la page ouverte du dico est restée insensible (poisson, statue, tombe et pierres sont restées muets).
Merde! je vais devoir m’en arrêter là, je dois vite décrocher mon téléphone. Mon informateur de l’Académie m’appelle ! Je retourne dans mes nuages pour glaner d’autres informations. A bientôt !

Vincent Agué (facebook, twitter)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *